Air France – KLM traite une grande variété de déchets, issus notamment des opérations en vol et de la maintenance, dans un contexte réglementaire contraint. Tout au long de sa chaîne d’approvisionnement, le Groupe agit pour limiter la production de déchets et augmenter la part des déchets revalorisés et recyclés.

L’investissement dans d’autres projets sur la connaissance et la conservation de la biodiversité contribue également à comprendre le dilemme associé aux services écosystémiques comme à la production des biocarburants durables. Si certains types de biocarburants destinés au transport routier peuvent avoir un impact négatif sur la biodiversité, le groupe Air France - KLM veut garantir l’utilisation de carburants aéronautiques durables qui ont l’impact le plus faible sur l’approvisionnement en nourriture, la biodiversité et un impact positif sur le développement local.

 

Pour atteindre notre objectif, réduire de 50% les déchets résiduels (déchets non recyclés des activités cabine et sol) d’ici 2030 par rapport à 2011, Air France-KLM applique les principes de l’économie circulaire aux différentes sources de déchets. Environ 70% des déchets proviennent de la restauration à bord et du nettoyage de la cabine. Le reste provient de notre production, par exemple dans nos activités Cargo et Engineering, et seul un petit pourcentage provient des bureaux.

Air France et KLM fondent leurs actions pour atteindre les objectifs fixés sur les quatre principes de l’économie circulaire: repenser, réduire, réutiliser et recycler. De plus, nous collaborons activement avec les Autorités et notre chaîne d’approvisionnement pour rechercher des solutions et supprimer les obstacles à la gestion des déchets de bord ainsi que des déchets aéronautiques, qui sont tous deux soumis à une réglementation internationale stricte.

La réduction des déchets offre également une opportunité financière: plusieurs initiatives ont démontré des bénéfices économiques considérables.

RESTAURATION A BORD ET NETTOYAGE DE LA CABINE

Les déchets liés à la restauration et au nettoyage  couvrent tous les déchets collectés à bord, allant des gobelets et couverts usagés aux matériaux d’emballage et aux objets laissés par nos passagers.

Repenser, réduire, réutiliser et recycler

Tous les éléments à bord font constamment l’objet de réflexion pour en réduire les déchets induits. Au fil des ans, de nombreux articles ont été repensés ou remplacés par une meilleure alternative. Les exemples incluent la refonte de tous les articles sur le plateau de restauration (moins de matériau et l’introduction de trolleys plus légers).

Deux leviers principaux permettent de réduire le gaspillage alimentaire :

  • un ajustement des prestations embarquées
  • une politique rigoureuse de gestion des stocks de marchandises.

Sur la base de statistiques et d’historiques de remplissage des vols et des habitudes des passagers, le nombre de prestations de restauration réellement embarquées est régulièrement réévalué. Cette réévaluation permet à la fois de prévenir le gaspillage alimentaire et de réduire les coûts de production et de transport.

  • En raison de l’impact de la crise Covid-19, ces mesures ont néanmoins été temporairement suspendues car les remplissages de vols étaient imprévisibles. De nouvelles mesures ont été élaborées et seront mises à place dès que les opérations reprendront de manière plus importante.
  • Durant la crise sanitaire, le nombre de vols a baissé subitement et significativement entrainant la non‑consommation de nombreux produits alimentaires. De ce fait, plusieurs milliers d’articles ont été offerts à des associations caritatives et  à plusieurs hôpitaux en France et aux Pays-Bas.
  • Depuis 2020, une présélection du repas chaud en cabine Business est offerte aux clients. Cela limite la quantité de déchets alimentaires et de couverts jetables, et réduit la masse embarquée à bord.

La réutilisation d’articles diminue l’utilisation des ressources et leur empreinte environnementale. De nombreuses initiatives sont en place pour augmenter la réutilisation des articles. En 2020, KLM a été nominé pour un « Onboard Hospitality Award » pour la conception de son plateau repas en boucle fermée. Les plateaux sont lavés et réutilisés sauf s’ils sont endommagés, auquel cas ils sont recyclés par le fournisseur pour la conception de nouveaux plateaux.

Le recyclage est un élément important de notre stratégie de gestion des déchets pour les articles qui ne peuvent pas être remodelés, réduits ou réutilisés. Cependant, la majeure partie de nos déchets de restauration est soumise à une réglementation stricte et ne peut être recyclée.

  • Depuis 2019, Air France s’est lancée dans le tri sélectif des déchets à bord. Le tri, réalisé sur tous les vols court, moyen et long‑courriers vers Paris, concerne les bouteilles en plastique, les briques de jus en carton et les canettes en aluminium.
  • Le recyclage à bord est une pratique depuis des années chez KLM. Les trolleys ont été adaptés à la collecte des gobelets en carton et en plastique. Le verre, les canettes, les couvercles en aluminium, le papier, les boîtes en polystyrène expansé (PSE), les bouteilles en plastique PET et autres plastiques sont également triés et recyclés.

S’engager avec les autorités sur les déchets de catégorie 1

Les déchets de bord internationaux sont soumis à une réglementation européenne stricte qui classe les déchets hors de l’UE comme déchets de catégorie 1. Les déchets CAT1 sont un type de déchets qui a été classé comme potentiellement dangereux pour la santé animale et / ou végétale. Tous les déchets CAT1 doivent être éliminés par incinération ou enterrés dans une décharge autorisée, et le recyclage est interdit. La plupart de nos services de restauration étant servis à bord de vols intercontinentaux, cette réglementation constitue le plus grand obstacle à l’atteinte de nos objectifs 2030. Par conséquent, nous collaborons activement avec les autorités locales et européennes, d’autres compagnies aériennes et coalitions pour trouver une solution pour surmonter cet obstacle sans compromettre la santé animale et végétale. Nous soutenons une révision du règlement basée sur une nouvelle évaluation des risques.

Plastique à usage unique

Que ce soit pour des raisons d’hygiène, de sécurité alimentaire ou pour réduire le poids embarqué, le service à bord est très consommateur de produits plastiques à usage unique. Le groupe Air France – KLM s’est engagé à réduire l’impact environnemental du plastique à usage unique dans ses opérations.

Le Groupe y parvient au travers de plusieurs leviers :

  • en supprimant les plastiques à usage unique chaque fois que cela est possible ;
  • en remplaçant ces plastiques par d’autres matériaux lorsque des alternatives plus durables sont disponibles (sur la base d’analyses du cycle de vie ou d’autres preuves environnementales) ;
  • en repensant les articles en plastique à usage unique pour réduire l’utilisation du matériel ;
  • en utilisant du plastique recyclé ou en veillant à ce que les plastiques à usage soient recyclés dans la mesure du possible.

En 2019, afin de réduire son empreinte environnementale, Air France s’est fixé pour objectif d’avoir remplacé 80 % des plastiques à usage unique par des alternatives durables, d’ici à 2025, tout en respectant les contraintes réglementaires et sanitaires imposées aux compagnies aériennes. Air France a supprimé progressivement 210 millions d’articles en plastique à usage unique, soit 1 300 tonnes (100 millions de gobelets en plastique remplacés par des gobelets en carton, 85 millions de couverts en plastique remplacés par des pièces fabriquées et conditionnées à partir de matières biosourcées, 25 millions de bâtonnets en plastique remplacés par des mélangeurs en bois).

DÉCHETS DE PRODUCTION

Des pièces de moteur aux sièges d’avion, et des palettes de fret aux valises cassées: les déchets de production résultent de nos activités d’ingénierie et de maintenance, de fret et de vol. Bien que la plupart des déchets aéronautiques soient soumis à une réglementation stricte, nous avons mis en place de nombreuses initiatives pour réduire les déchets de production non recyclés.

Promouvoir les principes de l’économie circulaire

Les départements de l’Ingénierie et la Maintenance préviennent le gaspillage de composants aéronautiques en développant des réparations alternatives. Chaque fois que la réparation n’est plus viable, les composants aéronautiques sont considérés au-delà de la réparation économiquement viable (Beyond Economical Repair – BER). Les composants, ainsi que d’autres déchets aéronautiques, sont ensuite envoyés à l’équipe interne de recyclage et de rebut. Cette équipe gère les procédures de réutilisation et de recyclage des pièces détachées et autres déchets. Partout où les règles et réglementations le permettent, le principe du “cradle-to-cradle” est appliqué pour réintégrer les déchets dans un nouveau cycle de production. Les rebuts qui ne peuvent pas être intégrés dans leurs propres cycles de production et les composants soumis à des réglementations strictes, et donc non réutilisables, sont collectés par des partenaires externes et soit démolis, soit transformés en matières premières secondaires.

Au sein de l’activité Cargo, les déchets se composent principalement de palettes en bois, de sangles de chargement et de matériaux d’emballage en plastique. En collaboration avec notre chaîne d’approvisionnement, nous optimisons l’utilisation des articles et développons des solutions créatives pour réutiliser les matériaux.

Le Groupe développe des actions pour donner une seconde vie aux déchets, comme par exemple le recyclage d’uniformes usages, de vêtements de travail et couvertures. A travers leur collecte et la collaboration de partenaires, ces articles sont valorisés, et recycles en  goodies, sacs, porte-passeports, etc, disponible pour nos clients.

  • Depuis 2013, les uniformes usagés de KLM, ainsi que les anciennes moquettes de la classe Business, ont été transformés en fibres utilisées dans la production de la moquette qui équipe les avions de la compagnie. Toutes les moquettes usagées sont recyclées, dans le cadre du programme Take Back mené en partenariat avec le fournisseur Tarket.
  • Afin d’éviter la destruction de produits et d’en favoriser le réemploi, Air France a signé en janvier 2017 une convention cadre avec l’Agence du Don en Nature (ADN). En donnant des produits neufs réformés comme la vaisselle, ou reconditionnés comme les couvertures, Air France soutient l’action de l’association ADN qui collecte et redistribue des produits neufs non alimentaires de nécessité courante afin de lutter contre l’exclusion en France

 

 

Déchets dangereux

Les déchets dangereux des activités de maintenance font l’objet d’une traçabilité totale et leur gestion est harmonisée dans les différents sites industriels. Une telle démarche se traduit également par l’optimisation des coûts et de la relation avec les fournisseurs, et par la recherche de solutions plus pertinentes au regard de l’évolution de la réglementation

RÉDUIRE ET PRÉVENIR LES DÉCHETS DE BUREAU

Le principal objectif concernant les déchets de bureau, qui comprend l’alimentation dans les restaurants d’entreprise et l’utilisation du papier, est la prévention. De plus, nous collectons des matériaux lorsque cela est possible à des fins de recyclage.

Nous avons pour objectif de réduire et de prévenir les déchets générés par nos activités tertiaires.

  • Le dispositif Follow Print permet d’imprimer uniquement sur demande de l’utilisateur, après avoir renseigné un identifiant et confirmé l’impression : depuis le lancement en 2014, la quantité d’impression a diminué de 30% chez Air France, permettant d’économiser 36 millions de feuilles de papier.
  • Dans le cadre du projet NET (nouveaux espaces de travail), Air France a mis en place un système de tri des déchets. Ce système est associé à un code couleur que chacun peut facilement identifier pour que le tri soit simplifié (bio déchets, papier et cartons, plastique, encombrants).
  • Chez KLM, des installations de recyclage sont mises en place au sein des espaces bureaux à chaque rénovation.

ÉCONOMISER L’EAU

Dans nos activités, nous cherchons à éviter le gaspillage de l’eau et à réduire notre consommation par un meilleur contrôle de nos procédures, la responsabilisation de nos équipes et par l’intégration de critères environnementaux dans la conception et la réalisation des outils et postes de travail. L’activité la plus consommatrice d’eau est la maintenance pour le lavage des avions et des moteurs.

Réduire la consommation d’eau passe par l’innovation :

  • AFI KLM E&M utilise le procédé EcoShine pour le nettoyage extérieur de ses avions. Grâce à l’utilisation de lingettes recyclables, elle permet de diviser par 80 la quantité d’eau nécessaire : 150 litres pour nettoyer un Boeing 777 au lieu de 12 000 litres auparavant. L’utilisation de ce procédé permet aussi de réduire les risques d’accidents au travail.
  • AFI KLM E&M a développé un système innovant et écologique afin d’augmenter la performance et la durée de vie du moteur sur l’aile. Le lavage à l’eau des moteurs (ou « engine water wash ») peut être effectué pendant les visites d’entretien au hangar ou à la plateforme. Le système permet d’optimiser les performances du moteur conduisant à une réduction de la consommation de carburant (0,5 à 1%) et des émissions de gaz à effet de serre. L’opération est effectuée en accord avec les principes environnementaux : l’eau utilisée est récupérée pour être recyclée.

 

© AIR FRANCE KLM